Estuaire de la Gironde

Vous êtes ici : Estuaire Gironde / Catalogue / Tout l'annuaire / Les grottes de Matata

Les grottes de Matata

  • Type de lieux :

    Visites guidées et balades accompagnées

  • 67, boulevard de la falaise   17132   Meschers-sur-Gironde

  • Téléphone :

    05 46 02 70 02

  • Email :

    grottesdematata@gmail.com

  • Site Internet :

    Voir le site

Les grottes de Matata constituent un ensemble d'habitations troglodytiques aménagées dans des cavités naturelles. Creusées dans de puissantes falaises calcaires qui dominent l'estuaire de la Gironde de près de trente mètres, elles sont un lieu emblématique du département de la Charente-Maritime.

Un nom mystérieux

On se sait d'où vient le nom de Matata. Cependant, l'écrivain Paul Dyvorne a imaginé une légende dans les années 1930, inspirée de faits authentiques.

"Au XVIe siècle, Charlotte de La Trémoille, épouse du prince Henri de Bourbon-Condé, effectue plusieurs séjours à Meschers, où elle possède le Château Bardon.

Le 3 mars 1588, le prince meurt subitement et les médecins concluent à un empoisonnement. Le meurtre est attribué à sa veuve, qui aurait agi de concert avec son page — et supposé amant —, Permilhac de Belcastel, et son intendant Jean Ancelin. Si Charlotte de La Trémoille, emprisonnée, finit par être innocentée sous Henri IV, son page se volatilise."

La légende rapporte qu'il ait trouvé refuge dans les grottes de Meschers, où il aurait vécu en ermite pendant plusieurs années. Un jour, quelqu'un lui aurait demandé son nom : ce à quoi il aurait cité un poème en latin « Matuta, Matutina » qui vantait les beautés de l'aurore. Le nom serait devenu, par déformation : « Matata ». L'histoire de « Matata », le mystérieux reclus, se termine par un drame : devenu suspect, et pris pour un sorcier, il aurait été emmuré vivant dans la grotte.
 

Les grottes aujourd'hui

Elles constituent un ensemble d'habitations troglodytiques aménagées dans des cavités naturelles au cours des siècles. Aujourd'hui,des habitats traditionnels saintongeais ont été reconstitués, illustrant, mannequins, meubles et ustensiles à l'appui, la vie de ceux qui ont vécu dans ces grottes au fil des siècles.
Une salle a été convertie en un petit écomusée où sont présentés des fossiles, mais aussi des aquariums, où évoluent les espèces typiques de l'estuaire de la Gironde (notamment l'esturgeon).
 
Ouvertes à la visite de Pâques à la Toussaint, elles forment un musée consacré à la vie des « Troglodytes » au cours des siècles.